Les arbres de Paris

Paris possède une collection d'arbres interessants aussi bien pour leur âge parfois canonique, que pour leur particularités individuelles. Malheureusement, on ne peut pas dire que les pouvoirs publics prennent toutes les dispositions pour conserver ce patrimoine inestimable. Pollution, quasi abscence de conditions biologiques normales, rues fréquemment défoncées pour cause de travaux ainsi qu'un manque flagrant de respect de l'arbre en tant qu'être vivant font que chaque année des centaines de ceux-ci disparaîssent de la capitale discrètement , dans la quasi indifférence...la nuit,... alors que tout le monde dort...

 

A deux pas de Notre-Dame, dans le petit square Viviani, le plus viel habitant de la capitale finit ses dernières années maintenu par une atèle de béton; Cet honorable hôte des lieux est un Robinier d'environ 400 ans d'âge.

 

Quai des Champs-Elysées, un peuplier est né en perçant le bitume de ses racines puissantes.

 

A Bercy , les platanes centenaires, pour être conservés ont du être encagés lors de la remise à un niveau beaucoup plus élevé de la chaussée, comme c'est le cas celui épargné au pied du Palais-omnisport .

 

 

Voués à disparaître pour faire place à des travaux, de vieux platanes menacés nous parlent par l'entremise de leurs défenseurs.

 

Méfiez-vous! certains arbres semblentsont habités par d'étranges personnages!

 

 

Tels des amibes végétales, racines et troncs des arbres de la ville contraints par le manque de place se propagent au-delà des obstacles.

 

 

 
Arbre Poussant sous le béton (Pont National XII eme arrdt.)
 

 

 
Au parc des Buttes-Chaumont, un marronnier développe ses racines au plus loin...
 

 

Des arbres étranges semblent épier le promeneur solitaire du Bois de Vincennes, arbre prédateurs, indiscrets ou amoureux...

 

Une île,...un arbre, ..le bonheur ! (Bois de Vincennes)
Le tilleul de la libération de Paris ( Planté en 1944-place jean Jaurès.)

 

Au printemps, même dans une grande ville comme Paris, la nature sauvage nous rappelle à sa manière qu'"avant", elle était déjà là, et qu'elle n'attend peut-être que la fin des hommes pour se réinstaller définitivement......

 

 

A Bastille, les arbres poussent au creux des fenêtres.

 
   
Epousant le vallonement, certains arbres du parc des Buttes-Chaumont prennent l'apparence de curieux contortionistes.
 

Suite