Cimetière du Montparnasse

Appelé aussi cimetière Sud, , deuxième en superficie de la capitale intra-muros( 19 hectares) il fut bati sur une colline artificielleà laquelle il doit son nom, le Mont Parnasse. Ce nom a pour origine l'appellation ironique d'une ancienne décharge datant du XVI ème siècle, époque où les parisiens se servaient de ce lieu pour y déverser gravats et autres ordures. Au XVII ème siècle,l'endroit est racheté par une congrégation religieuse, Les frères de la charité qui y batîrent deux fermes dont on peut voir encore un vestige, un moulin à vent.La révolution française confisqua ces propriétés, et l'assitance publique, nouvelle maîtresse des lieux décida d'y enterrer les corps des défunts qu'aucune famille ne réclamait. Ainsi débuta la transformation du site en nécropole, officialisée en 1824 et destinée aux habitants de la rive gauche de la capitale. En 1890, le percement de la rue Emile-Richard en réduisit sa surface et coupa le cimetière en deux. L'entrée principale se trouve Boulevard Edgar-Quinet. Par la vocation du quartier réputé pour son intense activité culturelle, c'est un cimetière où repose beaucoup d'artistes, de peintres, de sculpteurs, de cinéastes, d'écrivains ou de philosophes. Y reposent notamment Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre, Marguerite Duras, Charles Baudelaire, Serge Gainsbourg, le sculpteur César, Henri Langlois, Delphine Seyrig, ainsi que Jean Seberg et Jacques Demy.

Le moulin sans ailes, vestige d'un temps où les lieux étaient campagnards.
Levez la tête, un ange vous observe !...
Sous un ciel gris, l'ange s'attarde....
Marchand vers un destin irrémédiable...
 
Une dernière danse...et puis s'en va...
Combien sont-ils à n'avoir pu résister à l'envie de caresser les fesses de cet angelot?
Dormir!...N'est-ce pas déjà avoir un pied dans la tombe?
Avé, César!
Erotisme de la femme minérale.
Le couple Pigeon apprêté pour la longue nuit.
   
La tombe d'Henri Langlois: Ce passionné de cinéma a passé sa vie à sauver de l'oubli une multitude de films, il est le créateur de la cinémathèque française.

 

Suite